Qualité Nutritionnelle

Problématique et données

La qualité nutritionnelle fait ici référence à la qualité de l’offre alimentaire, qui, selon la Charte québécoise pour une saine alimentation, inclut :

  • la valeur nutritive des aliments et le plaisir qu’ils procurent;
  • la taille des portions, c’est-à-dire celles préportionnées comme en restauration ou les emballages individuels en épicerie;
  • la nature symbolique des aliments associée aux traditions et aux cultures.

À cela s’ajoute la perspective des environnements favorables à la saine alimentation, alors que le nouveau guide alimentaire canadien enjoint aux responsables politiques et aux professionnels de la santé de :

  • rendre les choix de qualité nutritionnelle élevée plus accessibles (fruits et légumes, grains entiers et protéines végétales);
  • rendre les choix de qualité nutritionnelle faible moins accessibles (aliments ultra-transformés et aliments riches en gras saturés, en sucre et en sel).

La qualité nutritionnelle de l’alimentation est fortement liée à la santé et aux maladies chroniques, comme le diabète, l’hypertension et les maladies cardiovasculaires (Forouhi N. et al. 2019). À Montréal, une personne sur trois, soit 570 000 personnes, est atteinte d’au moins une maladie chronique (DSPASSM, 2014).

D’un côté, il y a trois nutriments dont la consommation devrait être réduite: le sucre, le sodium et les gras saturés.

  • L’apport moyen en sucre est d’environ 25 c. à thé par jour (100 g), alors que l’apport maximal devrait être de 12 c. à thé (50 g), selon l’OMS (INSPQ, 2019). La principale source de sucre ajouté dans notre alimentation provient des boissons sucrées et une cannette contient 10 c. à thé de sucre.
  • Au Québec, un adulte sur 5 consomme au moins une boisson sucrée tous les jours (EQSP 2014-2015).
  • À Montréal, chez les enfants de 6e année, 1 sur 10 en consomme tous les jours (TOPO 2017).
  • La quantité maximale de sodium pouvant être consommée quotidiennement sans risque vraisemblable pour la santé se situe entre 1500 mg et 2300 mg selon l’âge.
  • L’apport moyen en gras saturés des Québécois est de 25 g par jour (INSPQ, 2019). Cette quantité se rapproche des recommandations (INSPQ, 2019). La principale source de gras saturés dans l’alimentation est le fromage.

De l’autre côté, la consommation de fruits et légumes doit être augmentée :

  • Seuls 28 % des montréalais de plus de 15 ans consomment au moins 5 fois par jour des fruits et légumes. Moins d’une personne sur trois en mange suffisamment (TOPO 2012).
  • 38 % des jeunes montréalais de la 6e année du primaire consomment six portions ou plus de fruits et légumes chaque jour (TOPO 2017).
Qualité Nutritionnelle | CSAM
Qualité Nutritionnelle | CSAM

Qualité Nutritionnelle

Stratégies prometteuses

Les stratégies efficaces ou potentiellement efficaces permettant d’améliorer la qualité nutritionnelle de l’alimentation impliquent chacune un ou des paliers gouvernementaux. Ces stratégies concernent :

  • La reformulation des aliments transformés ;
  • Les politiques alimentaires institutionnelles ;
  • Les instruments économiques ;
  • Les actions visant à restreindre la publicité d’aliments qui nuisent à la santé ;
  • L’étiquetage nutritionnel ;
  • Les actions visant à restreindre les pratiques commerciales qui incitent à l’achat ; d’aliments qui nuisent à la santé ;
  • Le zonage pour restreindre la présence de commerces de restauration rapide.

Abonnez-vous à notre infolettre

    [anr_nocaptcha g-recaptcha-response]